Observations du registre

Vous trouverez ci-dessous l'ensemble des observations déposées sur ce registre électronique.

Les propos à caractère manifestement illicite ont été rendus inaccessibles conformément à la loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l'économie numérique. Ils sont signalés par la mention « Cette observation a été modérée ».

Ces observations n'ont été ni altérées ni supprimées et elles ont été transmises dans leur intégralité à la commission d'enquête.

705 observation(s) déposée(s)
 
705

Que la desserte actuelle de l'aéroport soit indigne de Paris et de la France, c'est une évidence. Moi-même usager quotidien du RER B, je ne peux que constater et subir le désagrément des retards divers, missions supprimées ou modifiées, sans parler de l'état déplorable du matériel, y compris le matériel rénové à grand frais. L'utilisation des voies actuellement dédiées à la ligne K du transilien, aux TER Picardie, aux trains de marchandise et parfois à la ligne B en mode dégradé pour la desserte de l'aéroport est tout simplement ahurissant. Oui à une liaison de qualité si elle entièrement en site propre et financée in fine par les usagers du transport aérien, et définitivement non à l'absurde CDG Express. Ce projet ne doit pas se faire.

Déposée le 12/07/2016 17:59:52 Anonyme
704

Fichier 16-1250-16V en PJ

16-1250-16V PDeb Observations sur CDG Express.pdf Déposée le 12/07/2016 17:45:22 Par Pierre DEBANO
703

Les compagnies aériennes veulent nous faire croire qu’elles défendent l’intérêt des passagers qui risqueraient une nouvelle fois de devoir s’acquitter d’une taxe pour financer le CDG Express.
Or, il faut quand même rappeler que ce sont les compagnies aériennes qui sont redevables des différentes « taxes aéroport ». Qu’elles répercutent ces taxes sur les billets vendus n’est en aucun cas une fatalité, cela résulte d’un choix financier qui leur est propre.
En effet, elles ne sont pas des organismes collecteurs, et elles pourraient très bien absorber tout ou partie de ces taxes dans leur budget.
Le II de l’article 1609 quatervicies du CGI, bien que volontairement mal formulé (cf avis n°44 de la commission des finances session 98-99) ne donne néanmoins aucune injonction de faire supporter le coût de la taxe par le passager.

Ainsi, le discours unanime des compagnies aériennes relatif au CDG Express ne doit pas faire oublier :
1/ Que ce sont elles qui font le choix de faire peser ou non les taxes sur leurs clients
2/ Que ces taxes ont été créées dans le but d’assurer la sécurité des aéroports (défense incendie, sauvetage, sûreté, prévention du péril animalier, environnement…), et donc soit qu’elles en bénéficient directement, soit qu’elles servent à compenser les nuisances que leurs activités occasionnent.
3/ Que ces taxes sont perçues au profit de l’exploitant, ici ADP, et donc que l’éventuelle compensation de la taxe CDG Express par la réduction d’une autre taxe aurait pour effet de réduire les moyens mis à disposition d’ADP pour assurer ses missions de sécurité et de sûreté aéroportuaire pourtant exigées par la loi, alors même que le législateur a sagement voulu que la taxe soit fonction des besoins de financement en la matière. Compte tenu de l’augmentation prévue et voulue du trafic aérien, induisant de fait une augmentation des nuisances sonores et de la pollution, mais aussi corolairement à cette augmentation compte tenu des besoins croissants en personnel et moyens, et compte tenu du renforcement nécessaire de la sureté aéroportuaire notamment en matière anti-terroriste, il serait incroyable que l’exploitant puisse se prévaloir d’une baisse des besoins de financement pour assurer ces missions.
Il résulterait donc trois scénarios possibles :
- Ou la taxe CDG Express est compensée par la réduction d’une autre taxe directe sur les compagnies aériennes, auquel cas l’exploitant se mettrait en irrégularité au regard de la loi et ne serait plus à même d’assurer ses missions de sécurité pourtant indispensables, y compris sur le plan économique en terme de réputation pour l’aéroport
- Ou la taxe CDG Express est compensée sur le budget général de l’Etat via une réduction d’impôt aux compagnies aériennes, ce qui va à l’encontre du principe énoncé garantissant l’absence de financement public,
- Ou la taxe CDG Express n’est pas compensée du tout, ce qui impliquerait une prise en charge du déficit de construction et d’exploitation par l’Etat (via ADP, via SNCF Réseaux ou en direct) et donc une irrecevabilité du projet.

En outre, pour la création de la nouvelle taxe, l’Etat devra faire la preuve qu’elle sert l’intérêt général. Au regard des irrégularités procédurale de l’enquête publique, de l’indigence des analyses économiques, de la quantité phénoménales de nuisances à prévoir envers les transports publics, et de l’impopularité du projet, le gouvernement aura fort à faire pour justifier de la compatibilité de son projet économiquement et socialement ségrégatif avec l’article 13 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen.

Déposée le 12/07/2016 17:36:33 Anonyme
702

Bonjour,

Je suis opposé au CDG Express, le RER B ne nécessitant que des améliorations pour être au niveau. De plus, des nouvelles rames arriveront vers 2025, et le pilotage automatique sera installé d'ici là. La ligne 17 desservira CDG efficacement. Le CDG Express est, du coup, redondant...
Ce ne sont pas les "riches" qu'il faut aider, il faut améliorer l'égalité dans les transports ...

Déposée le 12/07/2016 17:33:49 Anonyme
701

Depuis le début des années 2000 on nous parle du CDG EXPRESS
Le CDG EXPRESS ne doit pas se faire au dériment des usagers du RER B, dépenser 2 milliard d'euros pour en moyenne 20000 voyageurs par jour est inadmissible et de plus en partie sur une voie dédiée au RER B !!! Le RER B c'est environ 900000 usagers par jour !!! Je suis usager du RER B depuis 25 ans j'ai vu se dégrader d'année en année cette ligne (pannes diverses, retards, grèves et vétusté des équipements, caténaires, rames etc....). Je pense que nous devons trouver un compromis, cette ligne directe ne doit pas être réservée à une minorité de personnes, mais plutôt créer cette nouvelle ligne sur le tracé de la ligne K, la moderniser et la sécuriser... Elle servira aux habitants du 93 et 77 ainsi qu'aux voyageurs !!! Cette ligne supplémentaire accessible à tous permettra plus de fluidité dans le Traffic en complément du RER B !!! Le compromis pourrai venir du nombre de gares à desservir sur ce tracé !!!!

Fabrice Scagni - Villepinte

Déposée le 12/07/2016 17:29:49 Par Fabrice SCAGNI
700

BAR France est une organisation représentative de plus de 70
compagnies aériennes françaises , européennes et internationales

Monsieur Claude Richer projet CDG Express.pdf Déposée le 12/07/2016 17:20:38 Anonyme
699

Bonjour, voici les arguments que je souhaite présenter. 1,7 milliard d'euros, c'est trop cher.C'est un projet inutile et imposé par l’Etat. Grâce à une procédure spéciale “d’extrême urgence”, les expropriations seront facilitées pour enterrer rapidement les contestations...C'est un train fantôme qui traversera le territoire sans s'arrêter dans les banlieues. Les retombées sociaux-économiques seront donc nulles. La réalisation de cette ligne se fera au détriment des terrains agricoles ou de projets de renouvellement urbains. Les riverains souffriront des nuisances sonores et urbanistiques, sans profiter du service.Le CDG Express empruntera les voies qui régulent quotidiennement le trafic francilien. Conséquence : encore plus de retards sur le RER B et les autres lignes connexes !Pour seulement dix minutes de trajet de gagnées par rapport au RER B, il vaudrait mieux investir dans la modernisation du réseau existant et améliorer le quotidien de centaines de milliers de voyageurs !Angélique 75017 75017

Déposée le 12/07/2016 17:13:16 Anonyme
698

Bonjour, voici les arguments que je souhaite présenter. 1,7 milliard d'euros, c'est trop cher.C'est un projet inutile et imposé par l’Etat. Grâce à une procédure spéciale “d’extrême urgence”, les expropriations seront facilitées pour enterrer rapidement les contestations...C'est un train fantôme qui traversera le territoire sans s'arrêter dans les banlieues. Les retombées sociaux-économiques seront donc nulles. La réalisation de cette ligne se fera au détriment des terrains agricoles ou de projets de renouvellement urbains. Les riverains souffriront des nuisances sonores et urbanistiques, sans profiter du service.Le CDG Express empruntera les voies qui régulent quotidiennement le trafic francilien. Conséquence : encore plus de retards sur le RER B et les autres lignes connexes !Pour seulement dix minutes de trajet de gagnées par rapport au RER B, il vaudrait mieux investir dans la modernisation du réseau existant et améliorer le quotidien de centaines de milliers de voyageurs !Karima 94260 FRESNES

Déposée le 12/07/2016 16:58:49 Par Karima GACEM
697

Parce que le précédent doc était peu lisible... Je redépose l'idée développée en PJ: une solution technique alternative au départ d'une "zone internationale" restructurée en Gare du Nord (côté rue de Maubeuge), exploitant les infrastructures LGV existantes (Gare du nord --> Garges les Gonnesse --> interconnexion JGV qui rabat sur CDG2). Ceci permettrait d'engager les travaux indispensables pour mettre à niveau le terminal Eurostar, qui serait communalisé avec CDG E. Financée par ses usagers directs et soutenue par la Ville de Paris (première bénéficiaire), cette solution déchargerait le RER B: le confort des passagers du quotidien bénéficiera du report des usagers de l'aérien vers CDG E.

Un projet CDG Express RESTRUCTURÉ.pdf Déposée le 12/07/2016 16:47:36 Par Géry Deffontaines
696

Bonjour,
Il est très étonnant de voir s'exprimer certains points de vue alors que le bon sens devrait s'imposer ; en effet, les choses sont simples :
- la desserte actuelle de notre aéroport CDG est indigne de Paris
- ignorer qu'un moyen de transport ne peut remplir toutes les missions à la fois est une négation de la réalité : l'accusation de ségrégation sociale qui porte sur CDG express est aussi éloignée de la réalité que celle qui consisterait à imposer aux français un modèle unique de véhicule
- le prix du billet ne devrait pas être utilisé comme argument contre CDG express puisque c'est justement la garantie que son financement sera moins agressif pour les finances publiques
- opposer RER B à CDG Express aurait du sens si les financeurs étaient les mêmes : STIF et SNCF voyageurs, d'un côté, ADP et SNCF Réseau de l'autre ; d'ailleurs' il faudra m'expliquer comment le fait de ne pas faire CDG express profitera au RERB
- il est d'ailleurs vraisemblable que l'usage du RERB par des touristes avec bagages est un facteur générateur d'un important nombre d'incidents voyageurs, ou de retards à l'embarquement qui dégradent la ponctualité
- je ne me souviens pas que l'on ait traité Orlyval de "train fantôme " ...
- je suis également étonné de lire qu'on s'appuie sur un argument environnemental pour empêcher la réalisation d'un moyen de transport collectif qui va permettre de réduire notablement le nombre de taxis sur l'autoroute A1

En conclusion, il faut savoir faire de choix ambitieux qui sont seuls garants de l'avenir ; il est clair que la qualité actuelle du RERB est très en dessous du standard de sécurité et de qualité attendu par les franciliens. Il faut donc impérativement l'améliorer, mais ce n'est pas l'abandon d'un projet comme CDG express qui le permettra.
A l'inverse, ne pas faire CDG express serait laisser notre Région dans une situation d'abandon insupportable.
F. Charritat

Déposée le 12/07/2016 16:42:52 Par François Charritat
 
 

Liens

Recherche

Par mot-clé
Par date