Observations du registre

Vous trouverez ci-dessous l'ensemble des observations déposées sur ce registre électronique.

Les propos à caractère manifestement illicite ont été rendus inaccessibles conformément à la loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l'économie numérique. Ils sont signalés par la mention « Cette observation a été modérée ».

Ces observations n'ont été ni altérées ni supprimées et elles ont été transmises dans leur intégralité à la commission d'enquête.

705 observation(s) déposée(s)
 
695

Le coût de ticket de cette ligne expresse est trop cher, le prix à 24 euros risque de n'être servi que par peu du monde, sachant que le Roissybus et le RER B ne coûte le plus cher que 11 euros par ticket. Le prix de cette ligne devrait donc baisser, si l'on le fixe au même prix que le Roissybus ou un peu plus, me semble plus raisonnable.

Déposée le 12/07/2016 16:41:33 Anonyme
694

Je redépose avec un paragraphe de présentation l'idée développée en PJ: une solution technique alternative au départ d'une "zone internationale" restructurée en Gare du nord (côté rue de Maubeuge), exploitant les infrastructures LGV existantes, Garde du nord --> Garges-les-Gonnesse --> interconnexion LGV qui rabat sur CDG2). Ceci permettrait d'engager les travaux indispensables pour mettre à niveau le terminal Eurostar, qui serait communalisé avec CDG E. Financée par ses usagers directs, cette solution déchargerait le RER B dont le confort des usagers du quotidiens bénéficiera du report des usagers de l'aérien vers CDG E..

Un projet CDG Express RESTRUCTURÉ.pdf Déposée le 12/07/2016 16:34:43 Par Géry Deffontaines
693

Je vous prie de trouver ci-joint l'avis du Département de Seine-Saint-Denis sur le projet CDG EXPRESS

2016-12juillet-AVIS-CD93.pdf Déposée le 12/07/2016 16:30:13 Par STEPHANE TROUSSEL
692

En tant qu'élue locale de Sevran, commune de Seine Saint Denis, j'ai été surprise et choquée d'entendre le commissaire enquêteur, Monsieur Claude Richer, prétendre en réunion publique à Paris, que les élus de la Seine Saint Denis ne s'intéressaient pas au projet, quand on l'a interrogé sur l'absence de réunion publique à Sevran.
Effectivement, on peut nous reprocher de ne pas adhérer à ce projet: mais les sevranais et d'autres habitants du département sont laissés de côté et n'en tireront aucun profit. En tant qu'élu , on ne peut que difficilement soutenir un tel projet.
De plus, le CDG Express traversera le parc de la Poudrerie site Natura 2000, à plus de 140 km toutes les 10 minutes.
Alors, nous priver de réunion publique n'est pas du tout démocratique ni équitable vis à vis des parisiens.
Oui, je suis contre ce projet qui n'est pas d'utilité publique puisqu'il ne prend pas en compte les besoins des habitants du territoire qu'il traverse et qui sont déjà quotidiennement en galère.
Le CDG Express, aura t il, en plus, la priorité par rapport aux trains des lignes B, K et Paris-Laon? C'est vraiment se moquer des usagers de ces lignes et qui les empruntent tous les jours!
Gisela Chauvet
Conseillère Municipale déléguée à la Petite Enfance et PMI, Sevran

Déposée le 12/07/2016 16:29:33 Par Gisela Chauvet
691

Cette liaison est inutile :
- le public visé (population aisée) prend déjà le taxi comme moyen de transport
- elle diminue la fréquence du RER B
- elle fait doublon avec les RER B dont certaines rames sont directes entre Gare du nord et CDG
- elle utilise des fonds pour créer de nouvelles voies alors que des voies existent déjà pour se rendre à CDG (impacts écologique et économique ??) et de l'argent serait utile pour rénover l'existant
- elle divise la population en différentes classes : ceux qui peuvent payer pour avoir le luxe et les autres qui doivent se contenter de moyens vieillissants
- elle est au profit de personnes utilisant peu ce moyen de transport au détriment des usagers qui l'utilisent fréquemment

Déposée le 12/07/2016 16:20:05 Anonyme
690

Que d'argent bradé pour une future ligne dont on prévoit déjà qu'elle ne sera pas rentable . Il vaudrait mieux consacrer cet argent à la ligne B qui ressemble plus à du transport de bestiaux que de personnes. De plus, que de dégradations environnementales en prévision.
Je demande l'annulation de ce projet.

Déposée le 12/07/2016 16:08:42 Anonyme
689

Avis de Bernard CORNEILLE, Conseiller départemental du canton de Mitry-Mory (Seine-et-Marne) et Maire d'Othis, concernant le CDG Express :

Le projet du Charles de Gaulle Express doit permettre de relier par un train direct l'aéroport de Roissy à la gare de l'Est en 20 minutes, avec une fréquence d'un train toutes les 15 minutes, de 5h à minuit, 365 jours par an. La réalisation de cette infrastructure ferroviaire est attribuée par l’État à une société détenue majoritairement par SNCF Réseau et Aéroports de Paris.

D'un coût de trajet prohibitif fixé à 24€, sans la possibilité de recourir à l'utilisation du Pass Navigo, le CDG Express est avant tout destiné aux hommes d'affaire et aux touristes.

A l'heure où les déplacements des habitants du Nord-Ouest Seine-et-Marne sont toujours plus problématiques, que ce soit sur la route ou par voie ferrée, difficile de comprendre que ce projet devienne la priorité de l’État.

Surtout que ce train, qui empruntera les voies de la ligne K et du RER B, aura immanquablement des répercussions négatives sur la qualité de mobilité et de déplacement des Franciliens et de tous ceux qui vont travailler à Paris.

S'agissant du financement du projet, qui est au cœur de l'enquête publique, l'estimation et le montage budgétaires restent obscures, et ce à plus d'un titre:

- Tout d'abord, l'estimation est passée de 600 millions d'euros en 2006 à 1,41 milliard d'euros en 2014, hors taxes, auxquels doivent s'ajouter des coûts supplémentaires annexes.

- Puis, d'après les déclarations du gouvernement, le financement ne doit pas être effectué avec un subventionnement public. Or, SNCF Réseau est un établissement public qui perçoit chaque année près de 4 milliards d'euros d'aide publique, et le Groupe ADP est détenu à 51% par l’État.

- D'autres points financiers nécessitent un approfondissement ou un éclaircissement : les emprunts nécessaires à l'investissement; les pertes de recettes fiscales pour l’État liées aux reports modaux des clients parking et taxis, ainsi que les pertes de recette billetterie du STIF; la garantie de rentabilité économique et financière minimale pour l'exploitant évoquée dans l'étude; la possibilité d'une taxe sur les compagnies aériennes, tout en la compensant par la réduction ou la suppression d'une autre taxe; l'impact financier des travaux, sur le fonctionnement des lignes ferroviaires, une éventuelle interruption de circulation des rames et la dégradation des routes et voiries empruntées.

Ces différents points montrent que le montage financier du CDG Express est abstrait et inconséquent.

Abstraite, tout comme l'est l'économie du tourisme présentée dans cette étude. Une économie analysée en simples termes de compétitivité aéroportuaire, omettant les atouts majeurs artistiques, culturels et économiques du secteur.

Rappelons que dans d'autres capitales européennes, le tourisme s'est considérablement développé sans pour autant que la ville se soit dotée d'une liaison express, comme à Berlin, Lisbonne ou Madrid.

Rappelons également que les échecs des précédentes candidatures de Paris aux Jeux Olympiques n'ont jamais été liés de près ou de loin à la supposée inadaptation de la desserte de l'aéroport.

S'agissant de la candidature pour les JO 2024, de nombreux sites seront localisés en banlieue. Par conséquent, le CDG Express ne saurait être un atout pour en faciliter les déplacements.

De nombreux avis sur ce projet de CDG Express ont été émis, et beaucoup font apparaitre des réserves, notamment celui de l'Autorité de Régulation des Activités Ferroviaires et Routières (ARAFER), du Syndicat des Transports d'Ile-de-France (STIF), du Conseil départemental de Seine-et-Marne, de l'Autorité Environnementale, de la Cour des Comptes et du Commissaire général à l'investissement.

Il est également important de noter que l'étude d'impact produite au dossier est celle qui avait été soumise à l'enquête publique de 2007. Or le contenu des études d'impact a été réformé profondément par les lois Grenelle. Il est donc nécessaire d'actualiser cette étude d'impact afin de répondre aux exigences des lois Grenelle I et II et d'apporter des compléments relatifs à l'actualisation des données chiffrées, à l'hydrographie, au mouvement de terrain et remontée de nappe phréatique, à la sismicité, à la qualité de l'air, etc.

Aussi, ces différents éléments mettent en lumière les limites du CDG Express, qui apparait comme un projet incohérent, élitiste et inconséquent financièrement. Un projet réalisé contre l'intérêt des habitants du territoire et éloigné de leurs attentes.

Pourtant, les priorités pour les habitants du secteur, nous les connaissons. Ce sont l'amélioration des conditions de transport sur les lignes ferrées existantes, la gare du Grand Paris Express (ligne 17) au Mesnil-Amelot, le bouclage de la Francilienne et l'amélioration de la sécurité sur la Nationale 2.

Déposée le 12/07/2016 16:01:47 Par Bernard CORNEILLE
688

Ci-joint mes observations

Observations enquête CDG Express.pdf Déposée le 12/07/2016 15:57:31 Anonyme
687

Monsieur le Président de la Commission d'Enquête,

Nous vous prions de trouver ci-joint l'avis de l'Association des Usagers des Transports / FNAUT Ile-de-France.

Nous vous prions d'agréer, Monsieur le Président, l’expression de nos salutations sincères,

Pour l'AUT / FNAUT Ile-de-France,
Bernard Gobitz, vice-président.

Enquête publique complémentaire CDG Express - Avis de l'AUT.pdf Déposée le 12/07/2016 15:34:05 Par Association des Usagers des Transports / FNAUT Ile-de-France
686

Ayant été président de la commission d'enquête de 2008, je joins les conclusions de notre enquête, tout en observant que les arguments n'ont pas changé. L'air du temps étant à l'opposition systématique à tout projet d'envergure au nom de l'économie (tout est trop cher) et de l'environnement (tout pollue, consomme des terres agricoles et provoque de l'effet de serre) sans jamais mettre en balance les retombées positives (emplois, moindre effet de serre...), j'ai l'impression que les observations "contre" sont plus nombreuses et plus virulentes qu'en 2008. Mais les arguments que nous leur opposions en 2008 me semblent toujours d'actualité, même si aujourd'hui je transformerais les deux réserves à l'avis favorable en simples recommandations : étant donné l'opposition forte au nom du coût, il ne faut pas en rajouter, ni par une tranchée à la place du pont de la Porte de La Chapelle, ni par une liaison souterraine avec le RER E ! Ces souterrains pourront être réalisés plus tard, si la Porte de La Chapelle est effectivement urbanisée et si l'exploitation du RER E permet d'y ajouter un jour des trains directs La Défense-CDG.
Au contraire de nombreuses observations, il me semble que ce n'est pas CDG Express qui vient en doublon de la ligne du Grand Paris Express, mais cette dernière qui s'avère peu pertinente. CDG Express pourrait bien être une manière moins coûteuse de joindre CDG que le Grand Paris Express !
Il ressort de beaucoup d'observations une position idéologique et anti-économique : dépenser de l'argent pour les riches qui prennent l'avion serait immoral. Au contraire, si ces "riches" font gagner de l'argent à la région Ile de France et y suscitent des emplois, alors il est très "moral" et "éthique" de les y aider. Et si ceux-ci se déplacent en train plutôt qu'en taxi, c'est bon pour la planète !
Depuis l'origine, CDG Express est un bon projet.

Conclusions CDG express.pdf Déposée le 12/07/2016 15:18:33 Par Yves Egal
 
 

Liens

Recherche

Par mot-clé
Par date