Observations du registre

Vous trouverez ci-dessous l'ensemble des observations déposées sur ce registre électronique.

Les propos à caractère manifestement illicite ont été rendus inaccessibles conformément à la loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l'économie numérique. Ils sont signalés par la mention « Cette observation a été modérée ».

Ces observations n'ont été ni altérées ni supprimées et elles ont été transmises dans leur intégralité à la commission d'enquête.

705 observation(s) déposée(s)
 
655

Usager régulier et quotidien de la ligne B pour le trajet DRANCY - CHÂTELET LES HALLES, je constate l'incompatibilité des comportements des touristes débarquant de l'aéroport de Roissy ou s'y rendant. Lorsque je me rend à Châtelet en partant de la gare de Drancy il est pénible de de voir les sièges occupés par de nombreuses valises. Ces personnes ayant pris le train au terminus est donc vide au départ et les touristes pensent qu'il est normal d'occuper les sièges avec des valises. Lorsque vous demandez de libérer les sièges pour vous asseoir ceux-ci rechignent à le faire.
Le RER n'a pas vocation à faire transiter les voyageurs avec des valises qui sont prennent énormément de place y compris au sol et sont source de chutes pour les usagers du RER.
Je suis donc très favorable à la création de cette ligne qui sera plus adaptée aux touristes qui n'ont pas vocation à voyager en banlieue mais de rejoindre directement Paris.

Déposée le 12/07/2016 10:59:33 Anonyme
654

CDG Experss : STOP !
L'argent public doit servir l'intérêt général et le service public !
Dans le cadre de l'enquête publique, l'opposition au projet "CDG Express" prend de l'ampleur avec les associations de riverains et les élus locaux. Pourtant, le gouvernement et le PDG d'Aéroports de Paris s'obstinent à imposer cette liaison ferroviaire entre Paris Gare de l'Est et l'aéroport Charles de Gaulle.
Alors que la saturation routière et ferroviaire se précise pour la prochaine décennie, cette liaison serait à une catégorie de voyageurs (passagers, hommes d'affaires) en utilisant le réseau public. Cette occupation du réseau public impacterait principalement la ligne K ; le réseau du fret, le TER Picardie et, en cas de perturbation, le RER B qui sont déjà au bord de la saturation au vu de la progression constante des usagers.
De fait, l'AFP n'hésite pas à résumer la situation ainsi : "RER B contre CDG Express : vers une offre de transport à deux vitesses ?". Ce projet "coûteux", "inutile" et "néfaste pour les usagers du RER B et de ce secteur nord francilien". Le Quotidien du Tourisme va plus loin en précisant : "Le CDG Express, nouveau symbole de la lutte des classes (affaires) ?".
Ainsi, l'investissement pour CDG Express est estimé à 1,41 milliards d'euros hors taxes, auquel il faut ajouter 160 millions d'euros pour le matériel et 125 millions d'euros pour l'atelier dépôt.
L'objectif de ce projet est de transporter en 2025 8 millions de passagers privés, alors que le RER B c'est 165,5 millions d'usagers par an. Avec un prix du billet annoncé à 24€, cette desserte ne relèverait pas de la tarification du STIF (usagers publics actuels) qui démontre le "détournement" de l'argent public au profit d'un exploitant privé qui sera choisi par le gouvernement.
Tous les acteurs de ce projet s'accordent tous sur sa prévisible non rentabilité. De surcroît, la Cour des Comptes de l'Autorité de Régulation des Activités Ferroviaires et Routières s'interroge sur la capacité d'investissement de SNCF Réseau, déjà très endettée. Selon les derniers éléments issus du Ministère, il est prévu que ce soit l'Etat (les contribuables) qui assume les dettes, pour le seul bonheur de passagers privilégiés ?... Est-ce là la cause qui motive le gouvernement dans cette voie suicidaire pour les usagers et les finances publiques ?
Par ailleurs, l'Autorité Environnementale (AE) précise que la mise en service de la ligne 17 du Grand Paris Express, qui desservirait aussi l'aéroport CDG, diminuerait le nombre de passagers empruntant le CDG Express de 15 environ qui pose ainsi sa pertinence et son utilité dans l'offre globale de transport en Ile de France.
De plus, lors de son avis sur le projet CDG Express, le Syndicat des transports d'Ile-de-France (Stif) a alerté sur ses craintes "d'une dégradation de la qualité de service sur les lignes B, K, H E et P du réseau francilien" tout en se soumettant aux pressions gouvernementales.
Ce projet est une aberration qui n'est pas à la hauteur des besoins de transports pour la Région Ile de France !
C'est pourquoi, la CGT Aéroports de Paris est mobilisée contre ce projet et formule des propositions concrètes en accord avec toutes les structures de la CGT concernées (fédérations, Union interprofessionnelles, Unions régionales et départementales), avec d'autres organisations, associations et les élus locaux, pour une autre utilisation des moyens publics afin d'améliorer durablement pour les usagers la desserte du RER B, y compris ceux de l'aéroport :
- le bouclage de la ligne B du RER entre Roissy et Mitry-Mory ;
- la création d'un véritable atelier d'entretien du matériel à Mitry ;
- l'engagement des travaux sous les tunnels de la partie Sud de la ligne afin de permettre la circulation de rames à 2 étages et la ré-humanisation des gares et trains ;
- le doublement du tunnel entre Châtelet et Paris-Nord qui est une infrastructure indispensable permettant de répondre durablement à l'évolution des trafics sur deux lignes RER empruntant ce tunnel : la B et la D.
L'utilisation de l'argent public doit répondre à l'intérêt général en modernisant le réseau ferroviaire francilien tant au niveau des infrastructures que du matériel roulant.
Fabrice MICHAUD, Secrétaire Général la CGT Aéroports de Paris
Communiqué de presse du 7 juillet 2016

Communiqué CDG Express CGT Aéroports de Paris - 07.07.16.pdf Déposée le 12/07/2016 10:57:29 Par Fabrice - Secrétaire Général CGT Aéroports de Paris MICHAUD
653

Bonjour, voici les arguments que je souhaite présenter. 1,7 milliard d'euros, c'est trop cher.C'est un projet inutile et imposé par l’Etat. Grâce à une procédure spéciale “d’extrême urgence”, les expropriations seront facilitées pour enterrer rapidement les contestations...C'est un train fantôme qui traversera le territoire sans s'arrêter dans les banlieues. Les retombées sociaux-économiques seront donc nulles. La réalisation de cette ligne se fera au détriment des terrains agricoles ou de projets de renouvellement urbains. Les riverains souffriront des nuisances sonores et urbanistiques, sans profiter du service.Le CDG Express empruntera les voies qui régulent quotidiennement le trafic francilien. Conséquence : encore plus de retards sur le RER B et les autres lignes connexes !Pour seulement dix minutes de trajet de gagnées par rapport au RER B, il vaudrait mieux investir dans la modernisation du réseau existant et améliorer le quotidien de centaines de milliers de voyageurs !Mettez mon nomherve 93130 noisy le sec

Déposée le 12/07/2016 10:53:16 Anonyme
652

Le CDG Express est un projet de liaison directe par train, entre la gare de l'Est et l'aéroport de Roissy, qui traversera la Seine Saint-Denis sans s'arrêter.
Le RER B, et bientôt la ligne 17, font déjà le même trajet.
C'est le même projet qu'en 2003, rejeté à 95% par les séquano-dyonisiens consultés alors.
Un projet à 1,7 milliard d'euros, qui accaparera des fonds privés et des subventions publiques au détriment de l'amélioration du RER B et de la déserte déjà prévue par la ligne 17.

Déposée le 12/07/2016 10:50:43 Par Pierre Stoeber
651

Bonjour, voici les arguments que je souhaite présenter. La réalisation de cette ligne se fera au détriment des terrains agricoles ou de projets de renouvellement urbains. Les riverains souffriront des nuisances sonores et urbanistiques, sans profiter du service.Le CDG Express empruntera les voies qui régulent quotidiennement le trafic francilien. Conséquence : encore plus de retards sur le RER B et les autres lignes connexes !Pour seulement dix minutes de trajet de gagnées par rapport au RER B, il vaudrait mieux investir dans la modernisation du réseau existant et améliorer le quotidien de centaines de milliers de voyageurs !Mettez mon nomJean-Luc 75019 Paris

Déposée le 12/07/2016 10:47:18 Anonyme
650

Bonjour,
notre entreprise est locataire à Cap18. Il semble que notre lot soit concerné par le tracé.
Qui va prendre en charge notre déménagement ? Quelle indemnisation est envisagée ?
Bien cordialement,

Pierre-Michel ROGOZYK
LA REINE DE PIERRE SAS
189 rue d'Aubervilliers
Voie D Porte 44 Etage 2
75018 PARIS

Déposée le 12/07/2016 10:41:19 Par Pierre Michel ROGOZYK
649

Bonjour,
Allez-vous lire mon message ? En tiendrez-vous compte ??
Comptabiliserez-vous les avis négatifs et trouverez-vous une autre solution ?? Je vous le souhaite, sinon cela aggraverait la mauvaise foi ambiante....
Personnellement, je ne serai pas autant loquace que d'autres personnes, mais ce projet est redondant, cher et ne tient pas compte du respect des lignes récupérées : marchandises, ligne K et dépannage de la ligne B et de la future ligne 17 !!
Oui, je suis d'accord : reliez Mitry-Claye à Roissy, ça c'est intelligent, cela fera 2 voies d'accès si l'actuelle est bloquée pour une raison ou pour une autre !
Mais rénovez la ligne qui va à Roissy !
Ravivez les rames qui y vont DEJA directement (pour le "standing" des VIP...) ;
Mettez des rames à étages qui s'arrêteront à Gare du Nord et qui desserviront Roissy, tant que le problème du Sud de Paris pour leur passage ne sera pas résolu...
Réfléchissez bien avant de gaspiller l'argent en récupérant des lignes du bien commun !!
Merci !!

Déposée le 12/07/2016 10:39:24 Anonyme
648

Le projet CDG express, visant à relier à l'horizon 2024 la gare de l'est à l'aéroport Charles de Gaulle, illustre l'intérêt que le gouvernement porte à la parole du peuple. Alors qu'une enquête publique est en cours jusqu'au 12 juillet, le gouvernement a déposé le 6 juillet son projet de loi à l'Assemblée nationale.
A l'aberration sociale, économique et environnementale, le gouvernement a donc ajouté l'aberration économique.
Ce projet est en effet inadmissible. Il met en place un train pour riches, 24 euros le ticket sans possibilité d'utiliser son pass navigo, alors que les 900 000 passagers du RER B connaissent des galères quotidiennes. Il dégradera également les conditions de transports en emprûntant tous les quarts d'heure les voies aujourd'hui déjà utilisées par les transports en communs quotidiens, ce qui est confirmé par différents avis officiels (ARAFER, STIF, autorité environnementale). Il aggravera aussi les nuisances des riverains par une circulation de train rapide de 5 heures à minuit, 365 jours par an.
Le but affiché par les promoteurs du projet : offrir à une clientèle d'affaire et de touristes aisés un train de luxe pour rejoindre Paris sans avoir à se mêler aux 900 000 usagers quotidien du RER B. Pourtant ce projet a un coût, et non des moindres : 1,9 milliard d'euros. On nous promet que pas un sous d'argent public ne sera versé. En y regardant de plus près, nous pouvons nous interroger. En effet, l'Etat possède 51% d'ADP, 100% de SNCF Réseau. Ce dernier est un établissement public, portant une dette, publique elle-aussi, de près de 37 milliards d'euros. Pire, le projet, même avec un ticket à 24 euros, n'est pas rentable. Le gouvernement prévoit donc d'instaurer une taxe sur les compagnies aériennes pour combler le déficit... taxe qui sera compensée par une réduction des impôts pour les compagnies aériennes. La question est plutôt de savoir, dans ce montage financier, quel argent n'est pas public ?
Pourtant des propositions alternatives existent : doubler les tunnels entre les gares de Chatelet et de gare du nord, ce qui permettrait d'absorber deux fois plus de trafic pour les RER B et D ; réaliser des travaux d'infrastructures au sud de la ligne B pour permettre la circulation de rames à deux étages ; rénover les voies de chemin de fer et leurs abords, aujourd'hui dans un état vétuste ; investir dans du matériel roulant neuf ou encore réaliser le bouclage du RER B entre Mitry-Claye et l'aéroport...
Non au CDG express.

Déposée le 12/07/2016 10:35:42 Par Elie JOUSSELLIN
647

Bonjour, voici les arguments que je souhaite présenter. 1,7 milliard d'euros, c'est trop cher.La réalisation de cette ligne se fera au détriment des terrains agricoles ou de projets de renouvellement urbains. Les riverains souffriront des nuisances sonores et urbanistiques, sans profiter du service.Le CDG Express empruntera les voies qui régulent quotidiennement le trafic francilien. Conséquence : encore plus de retards sur le RER B et les autres lignes connexes !Pour seulement dix minutes de trajet de gagnées par rapport au RER B, il vaudrait mieux investir dans la modernisation du réseau existant et améliorer le quotidien de centaines de milliers de voyageurs !Agnes 75010 paris

Déposée le 12/07/2016 10:32:18 Anonyme
646

Bonjour, voici les arguments que je souhaite présenter. 1,7 milliard d'euros, c'est trop cher.C'est un projet inutile et imposé par l’Etat. Grâce à une procédure spéciale “d’extrême urgence”, les expropriations seront facilitées pour enterrer rapidement les contestations...C'est un train fantôme qui traversera le territoire sans s'arrêter dans les banlieues. Les retombées sociaux-économiques seront donc nulles. La réalisation de cette ligne se fera au détriment des terrains agricoles ou de projets de renouvellement urbains. Les riverains souffriront des nuisances sonores et urbanistiques, sans profiter du service.Le CDG Express empruntera les voies qui régulent quotidiennement le trafic francilien. Conséquence : encore plus de retards sur le RER B et les autres lignes connexes !Pour seulement dix minutes de trajet de gagnées par rapport au RER B, il vaudrait mieux investir dans la modernisation du réseau existant et améliorer le quotidien de centaines de milliers de voyageurs ! dominique 75018 paris

Déposée le 12/07/2016 10:20:14 Anonyme
 
 

Liens

Recherche

Par mot-clé
Par date